23/04/2011 - TheaterMaggezien


Des femmes puissantes
Ugo Dehaes/Kwaad bloed, WOMEN

Voilà elles montent sur scène, huit femmes habillées en noir. Des cheveux longs, des boucles, une tête rasée, la plupart pieds nus. L'une dans une robe flottante, l'autre dans une robe dos nu, une robe de soirée, une robe de veuve méditerranéenne, une robe de travail. Elles inspirent, expirent, très puissamment, et font des gestes martiaux, frappant avec leurs bras, serrant les poings, leurs pieds se déplacent dans une attitude combative, toutes sur le rythme de respirations vives, chacune dans son propre schéma de mouvements.

Le chorégraphe Ugo Dehaes, actuellement artiste en résidence au Centre d'Art STUK (Louvain), a rassemblé huit femmes autour de lui, et a travaillé pendant un an et demi sur WOMEN. Des pièces antérieures (Forces par exemple, voir archive) contenaient une vivacité raffinée. Cet élément ludique est également présent dans cette production, mais il est maintenant totalement intégré dans un tour de force physique des danseuses.

Les huit femmes se regardent les unes les autres, reprennent des gestes les unes des autres, se confrontent les unes aux autres, jouent à un jeu, contre les autres, avec les autres. Des visages avec un air de rage, des yeux brillants, chacune dégage une conscience de soi, toutes aspirantes -assoiffées même- de vie, de mouvement et avec une identité individuelle dans l'expression. Comme si elles disaient: nous voici, des femmes de plus de trente ans, des 'vieilles' danseuses de trente, quarante et cinquante ans, mais ne croyez pas que nous ne pouvons plus rien faire, vous ne devez pas penser que nous sommes seulement capables de petits pas sautants, de pas clichés qu'on attend des femmes. Nous pouvons bien plus encore! On efface ces styles de danse typiquement féminins, parfois frivoles, sensuels et ludiques, de la piste de danse. Avec un humour subtil qui vous fait sourire. Sans musique, uniquement leurs respirations, leurs halètements, leur souffles, leurs soupirs, leurs grognements, (parfois avec un cri), initient les mouvements des danseuses; uniquement leur inspirations et expirations profondes les poussent à une liberté physique, leur fierté physique. Et comment!

Il est fascinant de voir comment ces femmes arrivent à captiver le public avec leurs capacités et leurs compétences pendant presque une heure. un ensemble d'individus, chacun avec sa propre force, sans que la danse ne se réduise à une collection de belles images. Toutes les fanfreluches, toutes les décorations et les effets spéciaux ont étés jetés par dessus bord. Ensemble avec ce groupe de femmes, Ugo Dehaes essaie de revenir à l'essentielle de la dynamique de la danse et à la force de ses interprètes. Tout ça dans une symbiose méticuleuse de la respiration et du timing des mouvements. Et il y réussit brillamment avec Louise Chardon, Marie De Corte, Ida De Vos, Miryam Garcia Mari Blanca Saykai Kaiwa, Kayoko Minami, Natascha Pire et Karin Vyncke.

- Tuur Devens


<<<