23/01/2014 - rtbf.be

Trois pièces sur la fragilité psychique, à partir de cas vécu. Touchant, délicat, parfois inégal.
 
Bleu, bleu de Stéphane Arcas"grunge" attitude ***
Il était une fois un artiste, dans les années 90, vivant ses 20 ans au milieu d’une bande potes aussi paumés que lui.
Entre la chute du mur de Berlin et avant le 11 septembre, le début d’un "no future" qui dure toujours, d’où l’intérêt de cette plongée dans un passé proche…et actuel. A la fois fureur de vivre et mal de vivre, fuite dans le sexe glauque et la peur du sida, évasion dans la dope jusqu’à la quasi folie et le désespoir et commerce de drogue pour vendre son art "grunge" :c’est toute une époque qui défile. Le personnage central, Hadès (ironique dieu des enfers) est idéalement incarné par Nicolas Luçon. Son entrée, dans la pénombre, au sein de son délire est d’une beauté déchirante, vite broyée par un portrait de groupe privilégiant la dérision. La mise en scène de son texte par Stéphane Arcas repose sur un point fort, la scéno, d’un "grunge" stylisé, de Marie Szernovicz: nombreux canapés de récupération, répartis dans l’espace, avec vitraux art nouveau et tableaux abstraits d’un cerveau drogué. La musique live de Michel Cloup et Aymeric de Tapol sert aussi d’appui idéal à cette sombre histoire,- tableau d’époque- où trois artistes à la dérive revendent de la drogue pour financer une de leurs expositions. Le texte, un peu long, nous a paru parfois trop didactique avec des explications sur le phénomène grunge, le "ready made" et la première guerre du Golfe. Mais chaque interprète y trouve son moment de grâce avec une mention spéciale à Marie Bos, incroyablement "grunge", désinvolte et drôle et Chloé De Grom d’une énergie virtuose. Côté acteurs, outre Nicolas Luçon, Julien Jaillot confirme son talent et Claude Schmitz, le metteur en scène, nous surprend agréablement comme acteur. Au total une fresque-entre délire et sarcasme- d’une "bohème" fin de XXè siècle, proche du "no future" toujours actuel.

Bleu, bleu de Stéphane Arcas Théâtre Océan Nord, jusqu’au 25 janvier
www.oceannord.org.
Christian Jade (RTBF.be)

<<<